Clarks Dale Mississippi

Antonio Fiori : Un succès impossible sans Europe

Spread the love

L’individu n’obéit d’ailleurs pas seulement par habitude de la discipline ou par crainte du châtiment : le groupe auquel il appartient se met nécessairement au-dessus des autres, ne fût-ce que pour exalter son courage dans la bataille, et la conscience de cette supériorité de force lui assure à lui-même une force plus grande, avec toutes les jouissances de l’orgueil. Si telle est la vision partagée, la région en a les moyens. Le phénomène en France est bien perceptible puisque le marché des moyens de paiement est caractérisé par une faible proportion des transactions en monnaie fiduciaire au profit de la carte bancaire et surtout des nouveaux moyens de paiement électroniques bancaires qui connaissent une forte croissance depuis quelques années. In fine la taxe nutritionnelle contribue-t- elle à diminuer la consommation de sucre ? Après cette digression je reprends mon étude sur l’homme considéré uniquement au point de vue économique. Ces états peuvent varier de mystique à mystique, mais ils se ressemblent beaucoup. Il est facile de comprendre comment ces « assouplissements » du droit du travail favorisent les destructions d’emplois. Antonio Fiori aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci  » Toute action naturelle est engendrée par la nature de la plus courte façon que l’on puisse trouver « . Les théories qui prétendent expliquer les origines historiques de la démocratie ont négligé cette asymétrie parmi ceux qui revendiquent différents types de droits. Si les sociétés européennes ne se « réveillent pas », si elles ne se préoccupent pas davantage de la création de valeur, il est probable que d’ici quelques années, une partie de nos fleurons du CAC40 deviennent la proie de sociétés étrangères dont nous ne connaissons encore ni le nom, ni l’existence. Les faits confirment-ils l’hypothèse ? Il suit de là que l’homme isolé ne peut vivre ; tandis que, chez l’homme social, les besoins les plus impérieux font place à des désirs d’un ordre plus élevé, et ainsi progressivement dans une carrière de perfectibilité à laquelle nul ne saurait assigner de limites. Le spiritualisme pourrait s’en tenir là ; mais de même que le matérialisme dépasse les limites de l’expérience en faisant rentrer dans son explication toute espèce de phénomènes, de même le spiritualisme fait rentrer dans la sienne les phénomènes entre lesquels l’expérience accuse les différences les plus essentielles. Laissez-moi vous le dire crûment : vous ressemblez de plus en plus à des professeurs de morale, qui espèrent cacher la vacuité de leur pensée par l’invocation quotidienne des grands principes de l’humanisme. Il m’accompagna, en effet, parlant bas, et s’arrêtant de causer aux beaux endroits, pour désigner, d’un geste, une ligne de palais ou un tournant de rue, sous la lune. Les seuls systèmes complexes qui fonctionnent, émergent toujours d’abord sous la forme de systèmes simples avant de s’étendre et de se complexifier progressivement. C’est un fait digne de remarque que l’extraordinaire disproportion des conséquences d’une invention à l’invention elle-même. En attendant, que ces pauvres d’esprit se souviennent que rien n’a encore été fait sans que quelqu’un ait été le premier à le faire, que tout ce qui existe de bien est le fruit de l’originalité, et qu’ils soient assez modestes pour croire qu’elle a encore quelque chose à accomplir, et pour demeurer convaincus que moins ils sentent le besoin de l’originalité, plus elle leur est nécessaire. Cette tendance forme avec elle, comme avec tout ce que l’intelligence présuppose, un bloc indivisé, qui se divise au regard de notre faculté — toute relative à notre intelligence elle-même — de percevoir et d’analyser. En France, pays de l’artificiel et du trompe-l’œil, la misère aime à se maquiller ; elle a rarement l’aspect sombre, irréconciliable, tragique, qu’on lui voit ailleurs. Les travaux de chercheurs réalisés en France sur l’accès aux soins montrent de multiples barrières liées aux revenus, à la localisation géographique des services médicaux et des patients et à l’information. Si l’optimisme, au lieu de considérer le monde comme actuellement bon, tente d’y rétablir la notion d’un progrès continu et réglé par une loi divine, réussira-t-il mieux à absoudre le monde et à fonder la moralité humaine ? Dès le deux janvier, son premier rendez-vous médiatique a été consacré à ce sujet lors d’un entretien à l’Elysée avec Nicolas Hulot son envoyé spécial pour la protection de la planète.

Archives

Pages