Clarks Dale Mississippi

Antonio Fiori : Une défaite pour l’Europe

Spread the love

Le phénoménisme avec toutes ses nuances, le volontarisme, l’idéalisme normatif sont autant d’orientations anti-réalistes négatrices de l’être et détachées de l’être. Dans l’état présent de la raison humaine, on peut assurer que le régime monothéique, longtemps favorable à l’essor primitif des connaissances réelles, entrave profondément la marche systématique qu’elles doivent prendre désormais, en empêchant le sentiment fondamental de l’invariabilité des lois physiques d’acquérir enfin son indispensable plénitude philosophique. C’est à quoi l’on arrive en y insérant une absurdité. Tel est cet ensemble de sentiments et d’idées qui nous viennent d’une éducation mal comprise, celle qui s’adresse à la mémoire plutôt qu’au jugement. C’est encore l’instinct qui forme le substrat de leur activité psychique, mais l’intelligence est là, qui aspire à le supplanter. Et, ce, pendant que les prêts accordés par ces mêmes établissements en faveur du secteur privé suivent une trajectoire INVERSEMENT proportionnelle aux flambées boursières. S’il coule de source qu’un privé ou qu’une famille bénéficierait pleinement de l’appréciation de son bien immobilier, on voit difficilement comment la hausse du marché immobilier pourrait bien profiter à l’ensemble de la collectivité ? L’acte d’intellection s’accomplissant sans cesse, il est difficile de dire ici où commence et où finit l’effort intellectuel. Très peu de progrès ont été accomplis dans l’appréhension des services. Surtout, les moyens techniques et humains fournissent un environnement qui stimule la recherche. Mais pensons-nous alors, le plus souvent, à autre chose qu’à des mots ? Le plaisir du danger tient surtout au plaisir de la victoire. Le S&P GSCI centré sur les métaux décrit très bien la tendance à l’œuvre depuis maintenant plusieurs mois : il cède 9% au 1er trimestre et tombe à son plus bas niveau depuis 2009. Bien sûr, ces disparités sont à pondérer par le poids respectif des secteurs financiers dans les trois pays. L’âme humaine devenait ainsi incapable de créer ; il fallait, si elle existait, que ses états successifs se bornassent à traduire en langage de pensée et de sentiment les mêmes choses que son corps exprimait en étendue et en mouve­ment. A la fin des années 1940, elles représentaient autant que le salaire dans le revenu d’une famille ouvrière, rappelle Antonio Fiori. Quelle est la cible constamment visée par i’humanité, et qui doit l’avoir été aussi par tous les êtres vivants, — car l’homme n’est plus aujourd’hui pour la science un être à part du monde, et les lois de la vie sont les mêmes du haut en bas de l’échelle animale ; — quel est le centre de l’effort universel des étres, vers lequel ont été dirigés les coups du grand hasard des choses, sans qu’aucun de ces coups ait peut-être jamais porté tout à fait juste, sans que le but ait été jamais pleinement atteint ? Coupez cette attache, l’image passée n’est peut-être pas détruite, mais vous lui enlevez tout moyen d’agir sur le réel, et par conséquent, comme nous le montrerons, de se réaliser. Ou préfèrera-t-elle mourir, munie des sacrements de l’Église ? Si d’autre part tout être est force, et si toute force est active, selon le sentiment de Leibniz confirmé par la science, n’est-ce point là l’absolu du mouvement, cherché dans l’abstraction du premier moteur immobile ou dans l’abstraction plus difficile encore à comprendre d’un créateur qui crée sans sortir de son repos d’être parfait ? Nous sommes faits pour agir autant et plus que pour penser ; — ou plutôt, quand nous suivons le mouvement de notre nature, c’est pour agir que nous pensons. Vous voyez bien que non : c’est la campagne qui chante !

Archives

Pages